Éco-conception : définition et exemple

ECO-CONCEPTION : définition et exemple
ECO-CONCEPTION : définition et exemple

Qu’est-ce que l’éco-conception ? Pourquoi faire de l’éco-conception ? Qu’est-ce qu’une démarche d’éco-conception ? Il s’agit d’une composante centrale dans l’économie circulaire. Nous allons voir comment définir l’éco-conception et illustrer cette démarche par un exemple. Nous aborderons aussi les enjeux actuels de l’éco-conception. Qui contrairement à son apparence, présente quelques avantages économiques cachés qui peuvent faire la différence. Cette démarche entraîne dans la plupart des cas une meilleure chance d’innovation et une meilleur maîtrise des coûts de production, alors lisez bien ce qui suit !

La définition de l’éco-conception

L’éco-conception, c’est quoi ? D’abord, cela concerne le produit : un bien, un service ou même un système de production. Il s’agit de réduire les impacts écologiques liés à la fabrication et à la consommation de ce produit. L’éco-conception s’inscrit dans une démarche de développement durable et comporte plusieurs étapes. Il s’agit de prendre en compte le cycle de vie du produit dans sa globalité, de sa conception jusqu’à son recyclage et sa revalorisation. C’est pourquoi l’analyse du cycle de vie ainsi que le choix des matériaux sont des aspects importants. L’éco-conception est donc aussi une partie intégrante de l’économie circulaire et est complémentaire à l’éco-design.

Aujourd’hui, il n’y a pas de définition unique et universelle. Principalement parce que celle-ci évolue au cours du temps, mais bénéficie aussi de l’amélioration des avancées techniques. La définition de l’éco-conception peut aussi varier en fonction de son contexte d’application : industriel, politique, universitaire, etc. En ce qui nous concerne, nous nous centrons sur une application opérationnelle de la chose, c’est-à-dire lors du développement du produit en entreprise.

Quelques définitions

Il existe cependant plusieurs normes officielles qui permettent d’en délimiter précisément les contours.

La définition la plus simple (mais qui reste très générale) est celle de l’AFNOR, qui date de 2004 :

« L’éco-conception consiste à intégrer l’environnement dès la conception d’un produit ou service, et lors de toutes les étapes de son cycle de vie. »

Une description un peu plus précise (et plus récente) peut être extraite de la norme Norme NF X 30-264 Management environnemental de 2013 :

« Intégration systématique des aspects environnementaux dès la conception et le développement de produits (biens et services, systèmes) avec pour objectif la réduction des impacts environnementaux négatifs tout au long de leur cycle de vie à service rendu équivalent ou supérieur. Cette approche dès l’amont d’un processus de conception vise à trouver le meilleur équilibre entre les exigences, environnementales, sociales, techniques et économiques dans la conception et le développement de produits. »

Il y a aussi la définition officielle de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la Maîtrise de l’énergie) est la suivante :

« C’est une démarche préventive et innovante qui permet de réduire les impacts négatifs du produit, service ou bâtiment sur l’environnement sur l’ensemble de son cycle de vie (ACV), tout en conservant ses qualités d’usage. »

Le Pôle éco-conception et Management du cycle de vie propose une vidéo d’interprétation de sa définition.

À l’origine, l’éco-conception était uniquement destinée à l’approche produit, c’est-à-dire pour le développement de produit matériel. Aujourd’hui, la notion a été élargie aux services et systèmes. Nous parlerons aussi dans un autre article, des différences entre l’éco-conception et l’éco-design qui sont en fait deux notions complémentaires.

Un exemple de mise en pratique de l’éco-conception dans ses grandes lignes peut être le suivant :

  • Vision globale et structure organisationnelle compatible avec l’éco-conception
  • Développement du produit en prenant en compte les enjeux écologiques et économiques
  • Création de variantes optimisées du produit ou service pour sélectionner celui qui a le moins d’impact sur l’environnement
  • Analyse du cycle de vie pour intégrer le produit au maximum dans l’économie circulaire
  • Maîtrise et optimisation des coûts grâce à l’éco-conception
  • Certification pour la mise sur la marché avec affichage environnemental

Un exemple d’éco-conception

Comment faire de l’éco-conception ? Il existe des diplômes d’ingénieur spécialisés pour ce type de formations. Sur le web, il est possible de trouver de nombreuses informations à propos de ces formations. Mais ce n’est pas qu’une affaire de spécialiste et cela reste une thématique ouverte à divers métiers. Toute personne disposant d’une expertise dans le développement durable ou l’analyse du cycle de vie peut aspirer à mettre en place une démarche d’éco-conception. La pièce centrale d’une telle démarche est de disposer d’un logiciel d’éco-conception performant.

Pour cet exemple simple, nous allons prendre l’exemple d’un packaging alimentaire. Nous pourrons y appliquer les démarches d’éco-conception suivantes :

  • Usage de matériaux recyclés et recyclables
  • Développement d’un système de consigne
  • Maîtrise des impressions : encres végétales, évitement des aplats et des encres métalliques, etc.
  • Design au plus juste des volumes pour éviter de “vendre de l’air” et optimiser l’espace
  • Emballages réutilisables ou compostable

En suivant ces bonnes pratiques, nous obtenons un packaging alimentaire optimisé et éco-conçu, qui pourra être revalorisé et en partie réutilisé grâce aux différents acteurs de l’économie circulaire.

Exemple de smartphone éco-conçu
Exemple de smartphone éco-conçu

Les enjeux en France

Les enjeux de l’éco-conception sont clairs pour tout le monde : il s’agit d’abord de diminuer l’impact écologique de notre économie sur la planète, dans le but de la préserver. En somme, de diminuer les impacts environnementaux de son entreprise tout en veillant à sa rentabilité économique.

Si les objectifs paraissent évidents, les bénéfices d’une démarche d’éco-conception pour l’entreprises sont paradoxalement beaucoup moins connus ! En effet, au premier abord et du point de vue du chef d’entreprise, elle peut être perçu comme des contraintes supplémentaires à appliquer à son processus de production.

Or dans la plupart des cas, utiliser un logiciel d’éco-conception permet non seulement de réduire son impact environnemental, mais aussi de forcer l’innovation tout en réduisant les coûts de production du produit. Selon une étude de BVA pour l’ADEME, une telle approche a été profitable dans 96% des cas en France.

Cela peut s’expliquer facilement. Une approche d’éco-conception peut amener à une simplification du produit, et donc à diminuer son coût de production, tant au niveau de sa fabrication que de son design. Une optimisation du produit peut aussi amener à diminuer l’encombrement de celui-ci et donc à diminuer les frais de transport. Le choix de matériaux durables à impact diminué peut aussi amené à une diminution du coût matériel, ce qui fait baisser le coût de la matière première.

Par ailleurs, une approche d’éco-conception amène souvent l’occasion de faciliter une démarche d’optimisation énergétique du ou des sites de fabrication. Toutes ces économies réelles et directes s’ajoutent à l’opportunité d’atteindre de nouveaux marchés de plus en plus demandeurs de produits à haute valeur ajoutée écologique. La profitabilité d’une démarche d’éco-conception est alors assurée à tous les niveaux de la chaîne de valeur du produit développé.

En entreprise, il est à retenir que grâce à un logiciel adapté de nombreuses améliorations de votre produit sont possibles. Tant au niveau de son impact environnemental, que de l’optimisation de son coût ou de l’invitation à l’innovation.

L’éco-conception fait partie de ces “contraintes” qui permettent une meilleure compétitivité, tout en cultivant une perception client positive et novatrice de votre marque. Notamment en ayant la possibilité d’afficher une étiquette “produit éco-conçu” sur votre produit ou en optant pour un affichage environnemental conformes aux normes européennes.

Pourquoi faire de l'éco-conception ?
Pourquoi faire de l’éco-conception ?

Est-ce vraiment rentable ?

Il peut paraître contradictoire qu’une telle démarche puisse diminuer les coûts de production. Sur ce point précis, l’ADEME a publié en 2014 une étude complète sur la profitabilité de l’éco-conception. Dans cette étude, le détails des bénéfices possibles sont présentés ainsi que les modèles de fonctionnement en entreprise.

Pour accéder gratuitement à l’étude complète au format PDF (54 pages), vous pouvez cliquer ici.

La vidéo suivante présente aussi en 6 minutes les retours économiques envisageables :

Il est constaté sur le terrain que l’éco-conception a un effet positif ou neutre sur les profits pour 96% des entreprises qui mettent en place cette démarche hybride entre développement durable, innovation et optimisation des coûts. Comme le montre le tableau suivant qui résume les impacts du produit éco-conçu sur les profits :

Tableau des impacts du produit écoconçu sur les profits
Tableau des impacts du produit écoconçu sur les profits

Bon à savoir : pour 77% des entreprises sensibilisées, et notamment celles ayant engagé une démarche (97%), l’éco-conception de produit constitue un facteur important pour la réussite de développements produits. Pour les sources, vous pouvez consulter cette étude BVA-ADEME et la feuille de route économie circulaire du gouvernement français.

Le mot de la fin

Concevoir des produits éco-conçus ou recyclés grâce à des procédés innovants permet de diminuer l’extraction de matières premières pour préserver les ressources naturelles. La réutilisation de matière permet de limiter l’extraction de matières et donc les impacts sur l’environnement.

L’analyse des différents étapes du cycle de vie, les normes ISO ainsi que la stratégie RSE diminuent la consommation d’énergie de la production et l’utilisation des substances comme les plastiques et les polymères. La gestion des déchets pensée lors de la phase de conception engendre une meilleure protection de l’environnement en diminuant l’empreinte environnementale.

La recherche et le développement dans le domaine de l’industrie électrique et électronique a conscience de la recyclabilité limitée et de la pollution inhérente à leurs activités. Mais l’analyse de l’impact environnemental, les méthodologies et l’utilisation des ressources durables aident à diminuer leur consommation énergétique globale.

Guillaume Jouanne
Après une longue expérience dans le conseil aux entreprises, je gère aujourd’hui la start-up Altermaker qui conçoit des solutions logicielles pour l’éco-conception et l’analyse du cycle de vie. Mon objectif est d’aider les entreprises à intégrer la notion de performance environnementale de leurs produits et services.